dimanche 4 novembre 2018

Eloge de la solitude

La solitude, on l'aime ou on la craint. Nous y sommes tous confrontés un jour ou l'autre et bien évidemment, au moment de notre naissance et de notre mort. Selon la façon dont nous l'expérimentons, à notre corps défendant ou volontairement, la sensation peut être très différente. Aujourd'hui, j'explore la face positive de la solitude en quelques exemples  qui m'ont interpellée lors de mes lectures.




Gao Xingjian a beaucoup voyagé dans son pays, la Chine, seul. Et ses livres, tout en nous racontant ses voyages, nous font vivre cette solitude, qui permet la rencontre des autres et une grande liberté. Elle est chemin spirituel.
"La solitude est encore plus une condition nécessaire de la liberté, et la liberté dépend avant tout de la capacité à pouvoir réfléchir librement; or c'est précisément quand il est seul que l'homme peut commencer à réfléchir."  Gao Xingjian




Rainer Maria Rilke fait l'éloge de la solitude dans ses Lettres à un jeune poète. Donnant des conseils au jeune homme qui voudrait devenir écrivain, il fait ici l'éloge de la solitude à celui qui se plaint d'être seul, dans sa vie et son travail. 
"Dites-vous bien : que serait une solitude qui ne serait pas une grande solitude ? La solitude est une : elle est par essence grande et lourde à porter. Presque tous connaissent des heures qu’ils échangeraient volontiers contre un commerce quelconque, si banal et médiocre fût-il, contre l’apparence du moindre accord avec le premier venu, même le plus indigne… Mais peut-être ces heures sont-elles précisément celles où la solitude grandit et sa croissance est douloureuse comme la croissance des enfants, et triste comme l’avant-printemps. N’en soyez pas troublé. Une seule chose est nécessaire: la solitude. La grande solitude intérieure. Aller en soi-même, et ne rencontrer durant des heures personne c’est à cela qu’il faut parvenir. Être seul comme l’enfant est seul quand les grandes personnes vont et viennent, mêlées à des choses qui semblent grandes à l’enfant et importantes du seul fait que les grandes personnes s’en affairent et que l’enfant ne comprend rien à ce qu’elles font."
Rainer Maria Rilke




Un autre grand voyageur, Sylvain Tesson, a exploré la solitude très intensément, au cours de ses voyages mais également lors de son séjour solitaire dans une cabane de Sibérie (Dans les forêts de Sibérie). 

"Jusqu'alors, j'avais cru Paul Valéry, lorsqu'il disait qu"un homme seul était en mauvaise compagnie." Avant de partir seul, je pensais que la solitude serait mon pire ennemi. Je ne la connaissais pas, et c'est en vérité une compagne merveilleuse. On devrait l'appeler Félicité. Elle est le plus beau cadeau que l'on puisse offrir à son âme. Elle maintient l'équilibre entre soi-même et le monde extérieur, elle renoue le lien entre l'être et le cosmos." Sylvian Tesson




Et pour conclusion, cette image puissante de Khalil Gibran :

Toute lutte dans la vie n'est que chaos qui aspire à l'ordre. La solitude est une tempête de silence qui arrache toutes nos branches mortes. Pourtant, elle implante nos racines dans les profondeurs du cœur vivant de la terre vivante."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour laisser un commentaire, entrez un profil : avec votre compte Google si vous en avez un, ou en anonyme ou encore avec un nom, le vôtre ou un pseudonyme.
Je lis les commentaires avant publication pour éviter les messages "toxiques" ou sans rapport avec notre association.
Merci d'avance de donner votre avis ou de partager avec nous vos idées ou découvertes.